Les clés pour protéger son cheval de la chaleur

Vous rêvez d’un bain de soleil sous 30 °C ? Votre cheval en ferait plus un cauchemar, l’été n’étant pas la saison la plus confortable pour lui. Comment l’aider à améliorer son confort quand le mercure grimpe au-dessus des 25°C?

I. L’impact de la chaleur sur le cheval

Le cheval régule sa température sans effort entre 5 °C et 25 °C. Au-delà de 25 °C, le cheval doit lutter pour maintenir sa température corporelle basse, car une hausse de celle-ci serait très dangereuse pour lui. Une des stratégies la plus efficace du cheval pour se rafraichir est la transpiration, qui utilise l’évaporation de l’eau sur la peau pour refroidir le corps. La transpiration est par conséquent gourmande en eau, et le cheval doit pouvoir boire à volonté pour compenser, sans quoi il risque de se déshydrater.
Les mécanismes de refroidissement du cheval peuvent parfois être dépassés, et la température corporelle augmente alors. Le cheval se trouve en situation de « stress thermique », qui se témoigne par une respiration plus rapide, de l’abattement et de la déshydratation. Comment s’en rendre compte? Vous pouvez vérifier l’état d’hydratation de votre cheval en saisissant un pli de peau au niveau de l’encolure puis en le relâchant; la peau doit se retendre en moins de 3 secondes. L’humidité des muqueuses est aussi un bon indicateur, celles-ci ne devant pas être collantes.
Lorsque le stress thermique devient trop important, le cheval peut subir un coup de chaleur. Le risque est augmenté lorsque l’air est humide ou que le cheval est confiné dans un endroit faiblement aéré, il faudra donc être particulièrement vigilant aux chevaux en box ou lors des transports. La prévention des coups de chaleur est importante pour la santé du cheval.
 

II. Les méthodes pour soulager son cheval

Lors de forte chaleur, le cheval doit avoir un lieu de vie aéré et à l’abri du soleil. La construction des boxes est importante : des aérations doivent être présentes pour permettre un bon renouvellement de l’air. De l’eau doit être apportée à volonté, en sachant que le cheval peut aller jusqu’à doubler sa consommation lors de canicule, buvant jusque 100 litres d’eau par jour!
En cas de transport, si vous ne pouvez pas voyager aux heures fraîches, veillez à bien abreuver votre cheval avant le départ ainsi qu’au cours du trajet sur de longues distances. Des ouvertures doivent être laissées pour permettre une bonne aération. Le fait de doucher votre cheval avant le départ peut lui apporter un petit rafraichissement intéressant, bien que l’effet ne durera pas longtemps.
Si vous devez travailler votre cheval par fortes chaleurs, il faut adapter l’effort demandé afin de ne pas créer de « surchauffe ». En effet la température du cheval peut atteindre 43 °C lors d’efforts intenses, ce qui peut être dangereux. Un refroidissement efficace doit être mis en place après l’effort, à l’aide d’eau fraiche ou de glace. Sachez qu’une méthode efficace pour diminuer la température est une alternance de douches et d’essorages au couteau de chaleur. En effet laisser le cheval trempé n’est pas une méthode efficace pour évacuer la chaleur.
 

III. Traitement de support en cas de forte chaleur

Lors de forte chaleur, le cheval peut perdre jusque 20 litres d’eau par heure, ainsi qu’une grande quantité d’ions nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.
Vous pouvez aider votre cheval en lui apportant des électrolytes avant ou après les efforts exigeants pour permettre à l’organisme de mieux le tolérer.

COMMENTAIRES (0)

GUIDE PRODUIT